Interview sur Grèce Hebdo

1) De quelles manières le web social affecte-t-il la circulation des idées politiques et des informations par rapport aux moyens classiques (médias traditionnels, partis politiques, think tanks…) ?

Dans la mesure où les médias sociaux confèrent à chaque internaute des moyens de documentation et d’édition inimaginables il y a quinze ans, quasi gratuits, les facultés d’expression de ceux qui ne disposent ni de médias classique, ni des médiations d’organisations, ni de l’influence propre aux élites intellectuelles ou politiques ont évidemment explosé. Mais exprimer vos idées (admirables ou délirantes) ne sert guère si vous n’êtes repéré par aucun moteur de recherche ou si aucun réseau social ne transforme vos contenus en liens communautaires forts ni en appels à l’action. Le pouvoir d’émettre n’est rien sans celui de citer, de recommander, d’indexer, d’approuver, de commenter, etc qui est une émanation collective des réseaux.

2) Quels sont les enjeux pour l’espace public en termes de démocratie et de gouvernance soulevés par les nouvelles pratiques numériques ?

Les réseaux numériques sont de redoutables instruments d’opposition, surtout là où il n’existe pas d’espace public libre, pour propager des passions démocratiques, souder des communautés, organiser l’action « dans la vraie vie ». En revanche, l’expérience récente nous montre qu’ils sont moins adaptés au temps du vote, de l’élaboration de la loi, de l’exercice de l’autorité.

3) Pensez-vous que les transformations de l’espace public issues de l’essor du web social peuvent représenter un atout pour la promotion de l’image nationale, si oui comment ?

Dans tous les cas de nombreux gouvernements en sont persuadés, à commencer par les USA : ils développent des stratégies dites de « e-diplomatie » pour développer leur « soft power », et adresser directement à des populations étrangères un discours de justification ou de séduction. C’est la version « 2.0 » de la « diplomatie publique » de compétition idéologique durant Guerre Froide

Publicités

À propos de François-Bernard Huyghe

François-Bernard Huyghe est directeur de recherche à l’IRIS, spécialisé sur la communication et l’intelligence économique, responsable de l'Observatoire Géostratégique de l'Information Docteur en Sciences Politiques et habilité à diriger des recherches, il enseigne la stratégie de l’information et l'intelligence économique notamment à l’IRIS Sup, à Polytechnique, au Celsa. Il est membre scientifique du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques et mène des recherches en médiologie parallèlement à une activité de consultant. C'est aussi un blogueur influent sur huyghe.fr Ses travaux sur les rapports entre information et conflit comportent la direction de numéros de revue (Panoramiques : "L’information c’est la guerre", Cahiers de médiologie "La scène terroriste", AGIR "Puissance et influence". Revue Internationale stratégique "Stratégies dans le cyberespace"..) et les livres : "L’ennemi à l’ère numérique" (P.U.F), le livre électronique "Ecran/ennemi", "Quatrième guerre Mondiale" (Rocher). "Comprendre le pouvoir stratégique des médias" (Eyrolles) et "Maîtres du faire croire. De la propagande à l'influence" (Vuibert). Également : "Terrorismes" (Gallimard 2011) Derniers livres : "Gagner les cyberconflits" (avec O. Kempf et N. Mazzucchi) Economica 2015 "Désinformation Les armes du faux" A. Colin 2016

Publié le 1 novembre 2012, dans Publé sur www.huyghe.fr. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :