Interview par Dimitrios Machairidis

DM Révolutions dans l’ère numérique : guerre des boutons ou vraies confrontations ?

FBH Pour le moment, il n’y a pas de cyberattentats ou de cyberguerre qui aient fait des morts, ni servi à conquérir ou à libérer des pays, même si des virus informatiques peuvent provoquer de redoutables dégâts économiques. En revanche, nous pouvons parier que les affrontements politiques ou géopolitiques mobiliseront de plus en plus des outils de communication numérique, ne serait-ce que pour conquérir l’opinion.

DM Répressions dans l’ère numérique : elles deviennent plus efficaces avec les moyens de la technologie?

FBH Plus efficaces en ce sens qu’il est plus facile de repérer les opposants qui laissent des traces numériques à chaque communication ou déplacement, plus facile de censurer ou d’infiltrer des réseaux contestataires, de submerger leurs messages… Mais les « faibles » peuvent inventer de contre-technologies, d’évasion, dissimuler leur identité, lancer des attaques informatiques contre l’État. Affaire d’algorithmes et d’inventivité. Bref, la technologie a redonné sa place à la stratégie, et, en stratégie, aucune victoire n’est jamais assurée, quel que soit le rapport de forces apparent.

DM Circulation des idées : la technologie la facilite ou elle est un des ses obstacles ?

FBH Distinguons. La technologie (l’édition numérique qui facilite l’édition, les réseaux qui permettent de se connecter d’individu à individu) implique la disponibilité absolue des idées. Y compris les plus répugnantes ou les plus stupides. Mais quand des millions d’affirmations, de discours ou d’idées sont en ligne, le vrai pouvoir n’est plus celui de s’exprimer, mais celui d’attirer l’attention. Par exemple d’être bien indexé par les moteurs de recherche, ou d’attirer la bienveillance d’un important réseau social qui vous recommande.

DM La révolution arabe : une révolution provoquée par l’ère numérique ou achevée ?

FBH Les outils numériques sont très utiles pour répandre des dénonciations et des slogans contre les autocrates, pour inciter les gens à descendre dans la rue, pour faire connaître une cause des médias internationaux… Mais ils ne provoquent pas les révolutions : une foule ne défie des hommes armés uniquement parce qu’elle a appris des choses scandaleuses sur Facebook, mais cela peut accélérer pu faciliter le processus. En revanche, quand il faut gagner des élections ou établir une autorité démocratique, c’est une autre affaire.

DM Elections présidentielles aux Etats-Unis : la bataille essentielle entre les deux candidats a été donnée dans la vie réelle ou parmi les social media ?

FBH Cette élection va coûter environ deux milliards de dollars en marketing politique. Pensez vous que les candidats dépenseraient ces sommes en spots télévisés ou en meetings s’il suffisait de tweeter pour gagner ?

DM Facebook, twitter, tumblr etc : ils nous font venir plus proche ou ils augmentent notre solitude ?

FBH. Ils ont créé un type nouveau de communautés : par écrans interposés et pour des intérêts partagés. Chacun y montre, y invente et y cache ce qu’il veut, il s’en retire à son gré. Cela n’empêche pas des passions très sincères mais avec en arrière-plan la loi du « quand je veux, comme je veux ». Est-on moins seul quand on a 300 amis Facebook ?

DM E-books : évolution de la distribution des livres ou perte de pensée libre ?

FBH Le livre électronique n’a pas tué le livre sur papier (pas plus que la télévision n’a tué le cinéma, etc) : en fait, il ne s’est jamais autant imprimé de papier dans l’histoire de l’humanité. Le livre numérique est-il en soi favorable à une culture supérieure ? La forme est-elle indifférente au contenu ? Change-t-elle la perception du lecteur ? Si l’on peut trouver en ligne et gratuitement les plus grands chefs d’œuvre du passé (mais à la bibliothèque du coin aussi), je ne vois guère de différence entre ce que distribuent Kindle ou Amazon et ce qui se trouve dans un kiosque d’aéroport : des best-sellers faits pour un goût moyens façonné par les médias. Bien sûr, si vous écrivez un poème immortel, vous pouvez le mettre en ligne. Dans ce cas, votre chance de passer à la postérité, en concurrence avec des millions de texte en ligne, ne dépendra plus de la critique établie ou de quelques médias des élites, mais des moteurs de recherche ou d’une contagion numérique d’internaute à internaute.

Publicités

À propos de François-Bernard Huyghe

François-Bernard Huyghe est directeur de recherche à l’IRIS, spécialisé sur la communication et l’intelligence économique, responsable de l'Observatoire Géostratégique de l'Information Docteur en Sciences Politiques et habilité à diriger des recherches, il enseigne la stratégie de l’information et l'intelligence économique notamment à l’IRIS Sup, à Polytechnique, au Celsa. Il est membre scientifique du Conseil Supérieur de la Formation et de la Recherche Stratégiques et mène des recherches en médiologie parallèlement à une activité de consultant. C'est aussi un blogueur influent sur huyghe.fr Ses travaux sur les rapports entre information et conflit comportent la direction de numéros de revue (Panoramiques : "L’information c’est la guerre", Cahiers de médiologie "La scène terroriste", AGIR "Puissance et influence". Revue Internationale stratégique "Stratégies dans le cyberespace"..) et les livres : "L’ennemi à l’ère numérique" (P.U.F), le livre électronique "Ecran/ennemi", "Quatrième guerre Mondiale" (Rocher). "Comprendre le pouvoir stratégique des médias" (Eyrolles) et "Maîtres du faire croire. De la propagande à l'influence" (Vuibert). Également : "Terrorismes" (Gallimard 2011) Derniers livres : "Gagner les cyberconflits" (avec O. Kempf et N. Mazzucchi) Economica 2015 "Désinformation Les armes du faux" A. Colin 2016

Publié le 8 novembre 2012, dans Uncategorized. Bookmarquez ce permalien. Poster un commentaire.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :